L'analyse du mois

URBAN FM : Un patrimoine national pour la jeunesse gabonaise.

Les années 90 ont vu à la suite de la libéralisation des ondes dans la plupart des pays africains, une véritable explosion des radios privées. Ce phénomène avait pris de l’ampleur dans la suite logique de la chute du mur de Berlin en 1989 qui avait vu l’instauration de la démocratie dans l’ensemble des anciennes colonies françaises.

Il faut dire que les radios libres étaient également un phénomène relativement nouveau en France puisque ce n’est qu’avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 qu’elles feront leur apparition. La jeunesse, assoiffée de liberté de parole, va très vite y trouver l’espace dont elle avait besoin étant donné que les radios publiques semblaient totalement inaccessibles.

En Afrique francophone en général et au Gabon en particulier, la libéralisation des ondes qui suivi le retour du multipartisme vit également l’apparition de radios privées. C’est ainsi que dès 1991, Radio Fréquence 3 fut l’une des toutes premières à occuper ce nouvel espace de liberté. Radio musicale, elle connue un succès immédiat. Ses programmes tournés vers un publique jeune lui permirent de vite s’imposer comme la radio incontournable du moment alors que son ainée, Africa N°1 la station panafricaine, entamait son long déclin. Mais, ce succès ne fut pas de longue durée. En effet, une lutte interne entre ses promoteurs mit fin à ses jours, laissant un vide que d’autres stations tentèrent de combler notamment Nostalgie. Il s’en suivit une prolifération de stations de radio qui connurent des succès divers jusqu’à l’arrivée d’un jeune producteur et promoteur de spectacles, qui avait déjà connu du succès dans une radio estudiantine.

Doté d’une solide expérience et d’un esprit visionnaire, Didier Ndoutoume Medzo ou Didier Dafreshman pour le grand public, lança la radio Urban FM durant l’année 2010. Il faut dire qu’à cette époque, le paysage radiophonique gabonais est constitué d’une pléthore de radios religieuses et généralistes. Lui, décide de se consacrer exclusivement à la musique et à cibler un public jeune. Pour cela, il va se doter de moyens qui lui permettant de faire à la fois la création, la diffusion et la promotion musicale. En outre, il ajoute une multitude de services en ligne qui va des sites web spécialisés (tromatix.com) dans la musique gabonaise jusqu’aux applications (App Urban FM) pour Smartphones afin que les mélomanes puissent suivre leurs artistes préférés en continue.

Aujourd’hui, au Gabon, Urban FM est devenu un acteur incontournable du paysage musical. Ses équipes, jeunes et dynamiques travaillent chaque jour pour mettre en avant les artistes du pays au point que cette radio mériterait bien le surnom de Patrimoine National de la jeunesse du Gabon.

Previous post

J – Rio : « Oublie moi », j’ai tourné la page!

Next post

Un collectif d’artistes urbains pour la paix et l’unité au Gabon!

Tromatix

Tromatix

0 Commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *