En avantNewsVidéos

Krystauf T. Ndoutoume : « Maat c’est un maxi et 3 clips en plus de 20ans de carrière » !

Krystauf T. Ndoutoume est l’une des plus grandes personnalités de la culture urbaine gabonaise. Il a été le manager du groupe MauvaizHaleine, composé de Maât Seigneur Lion et Lord Ekomy Ndong. Il est l’artisan de la période [1996 – 2000] empreinte de nostalgie que chacun voudrait revivre. Il est le responsable du label Nofia Sound et producteur /manager des artistes : Tina et Sir Okoss.

C’est à la suite de la sortie sur youtube de Maât Seigneur Lion, se posant en donneur de leçons pour Ndjassi Djass, Franck Ba’Ponga, Johnny B Good, Lord Helkhaass, Lagaff et NG Bling que Krystauf à exprimer ou préciser sa pensée sur les propos tenus par le rappeur.

Voici la substance de ses propos :
« J’ai écouté attentivement le coup de gueule de Maât Seigneur Lion, et je pense c’est trop facile de jouer les donneur de leçon lorsqu’on n’est pas sur le terrain.
Comme, j’ai entendu dire le pasteur Francis Michel Mbadinga: « il ne faut pas prendre un texte hors de son contexte pour en faire un prétexte! ». 1992 ce n’est pas 2016 et Siya Po’osse ce n’est pas Ndjassi Ndjass. En plus Siya, c’est fini depuis la fin des années 90, alors personne ne peut affirmer qu’aujourd’hui il garderait le même discours surtout qu’il ne s’agit pas du système. Donc, je ne vois pas en quoi Ndjassi a trahi la position d’un groupe qui n’existe plus depuis près de 20 ans.

Selon Maât, Ndjassi Ndjass, Franck Stéphane Dibault et Johnny Bgood donnent un mauvais exemple et orientent mal la jeunesse. Pourquoi?

– Parce qu’ils soutiennent Ali Bongo Ondimba sur la base de son programme politique « L’Egalité des chances », qui soit dit en passant, est réellement alléchant et sera une grosse bouffée d’air pour la jeunesse gabonaise. Mais encore faut-il connaitre ce programme. Je pense que l’artiste est comme un journaliste. Il ne doit pas critiquer sur la base des « on a dit ». Ce serait faire preuve d’ignorance. Heureusement que « le savoir est une arme et que MH n’a pas attendu le port d’arme ». Je suis sûr que dès que Maât aura un peu de temps libre il prendra connaissance de la politique d’Ali Bongo Ondimba aka le Champion!

Partout dans le monde, les artistes soutiennent les politiques (Awadi, Jay Z, Jamel Debouzze, Yannick Noah, Johnny Hallyday…) pourquoi au Gabon, c’est un drame? Et, si chanter lors d’une campagne présidentielle, c’est donné le mauvais exemple et mal orienté la jeunesse, alors Maât lui- même l’a fait en 2005 pendant la campagne d’Omar Bongo Ondimba, n’est – ce pas Dafreshman?

-Parce que c’est le PDG? Mais, le PDG d’hier n’est pas le PDG d’aujourd’hui. La preuve, ce sont les départs de ceux qui veulent que le PDG reste comme a l’époque, d’ailleurs ils se font appeler les héritiers. Héritiers de ce système tant critiqué par MH. Ca prouve bien que le système est entrain de changer tout comme le Pays.

En plus, ce que le PDG a réalisé à travers les actions menées par les cadres des différentes provinces et localités du Gabon, c’est tout simplement grandiose. Je prends pour exemple : le village de Maât lui – même GUIETSU, qui a fait un bon de 10 ans en 3 ans seulement.Et Lagaff l’a bien dit: « ce n’est pas en 7 ans qu’on peut réparer 40 ans ».
Les jeunes: Lörd Helkhaass, Lagaff, NG Bling et les autres, Maât a dit d’ « arrêter çà » [..]! « Vous participez à donner de la force à un pouvoir qui manque cruellement de vision politique ». Ah çà [..]! Donc « L’Egalité des chances », ce n’est pas une vision politique?? Joda Dioumy qu’en penses-tu?

Mais, sinon, Maât, je pense qu’avant de dire à un petit de montrer l’exemple, il faut soit même être un exemple ou bien? Je parle d’exemple dans la musique parce que Lörd Helkhaass, c’est : un album et 5 clips (environ 10 ans de carrière), Lagaff : 2 albums et 3 clips (environ 10 ans de carrière), NG Bling, c’est : plus de 5 clips (environ 5 ans de carrière). Maât, c’est un maxi et 3 clips en plus de 20ans de carrière. L’album sort très bientôt.

Les artistes sont des citoyens comme les autres. Ils ont le droit de soutenir le candidat de leur choix. Et comme, la fin justifie les moyens, on ne peut pas leur reprocher de mettre leur art au service d’une cause qui leur est noble!

Ps: un conseil de frère: « avant de jouer les donneurs de leçons, il faut s’assurer d’avoir nettoyé tous les cadavres de son placard ». Parce qu’on a tous un cadavre dans le placard. ».

Une réaction suffisamment édifiante, sous – entendant au passage que Maât Seigneur Lion aurai chanté pour feu Président Omar Bongo Ondimba en 2005. Il semble finalement, que celui qui croyait être plus malin a fini par se faire prendre dans son propre piège. Et, comme nous l’annoncions dans une de nos chroniques politiques d’Urban Mostley/Dafreshmorning sur la radio Urban FM, à l’issue de la présidentielle 2016, le Gabon sera certainement « blanc comme neige ». Dans la mesure où, les acteurs de tous bords et de toutes classes auront vidé leurs sacs….

Pour Tromatix, Séif Mostley.

Rap et politique
Previous post

Hip-hop et politique au Gabon : les liaisons ambigues

lunz
Next post

Lunz : « Serrez la ceinture », Eben Entertainment is back!

Tromatix

Tromatix

0 Commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>